Psycho-Pass : Mandatory Happiness / PsVita [Test]

Amis de la culture japonaise et autres animés, le ciel à eu écho de votre appétit débordant pour les intrigues, assassinats, rebondissements mais surtout pour les quelques inspectrices courtement vêtues. Si vous remplissez ces critères et que vous êtes un fin connaisseur de l’animé du même nom, alors Psycho-Pass Mandatory Happiness sur PsVita est fait pour vous !

Un visual novel pas comme les autres

En tant que genre à part, ce visual novel va jusqu’au bout de sa logique et ne vous propose pas de suivre un, mais bien deux héros, prénommés Nadeshiko Kugatachi et Takuma Trurugi. La premiére se voit dotée de problèmes de mémoires tandis que l’autre pourrait être qualifié sans mauvais jeu de mots, de psycopathe. 

Mandatory Happiness est sans aucun doute un jeu d’initié pour lequel il vous faudra avoir vu son équivalent filmatographique. D’autant plus que ceui-ci le respecte pratiquement à la lettre. 

Plaisir auditif et choix de tailles

Dans une ambiance musicale des plus belles mais aussi des plus angoissantes, mélangeant à merveille pianos et violons dans une rythmique electro, vous devrez enquêter sur moult affaires qui vous transporteront de surprises en surprises. 

En tant que joueur, vous serez au coeur même de l’enquête et vous devrez ainsi faire des choix cruciaux. Quoique vous déciderez cela impactera significativement sur la suite des évènements et vous offrira une fin alternative. Ainsi, en termes de durée de vie le titre avoisine facilement les dizaines d’heures.

Le psychopass de la couleur qui vous sera attribué disposera de son spectre qui ira du plus foncé au plus clair. En fonction de vos choix, celui-ci s’éclaircira ou s’assombrira. Ce n’est pas quelque chose sur lequel il vous faudra avoir l’oei, mais cela vous donnera une idée préalable de la tournure finale des évènements. Une sorte de jauge du mal et du bien. 

Approfondir l’expérience

En joueur passionné, vous voudrez peut être savoir à quel moment votre histoire à prise une tournure marquante. Vous pourrez alors revenir sur l’integralité des dialogues afin de mieux comprendre les enjeux de votre enquête. 

Une section extra est également disponible dans laquelle vous pourrez passer votre temps sur quelques mini jeux, comme l’un equivalent au 2048. Les points que vous réussirez à accumuler vous permettront de débloquer des fichiers sonores de voix de personnages. De simples goodies pour le joueur lambda, mais de précieux présents pour l’inconditionnel. 

En somme, une perle pour les passionnés et un titre sans grand intérêt pour les autres. Car si l’on supprime le scénario, votre cartouche de Psvita disposera d’un fichier vierge. 

 

[ Test ] Ultra Despair Girls Danganronpa : Another Épisode / PsVita

image

Comme 90 % des jeux Japonais, il se révèle difficile pour un français comme moi de vous expliquer leur principe temps il est insensé. Spike Chunsoft, à qui l’on doit Danganronpa 2, revient avec Ultra Despair Girls Danganronpa : Another Episode, un spin-off qui casse les codes de la série mais aussi ceux du jeu vidéo dans son ensemble.

image

Dans UDG DAE, vous incarnez Kamaru’san, petite soeur de Makato ( les fans de la série connaîtront ) qui après l’enlèvement de son frère, se met à devoir combattre d’horribles oursons bicolores contrôlés à distance par de jeunes enfants voulant exterminer tous les adultes présents sur leur territoire. Cette opposition enfants-adultes se retrouve dans bon nombres de créations japonaises, comme dans l’Ile de Hozuki, que nous avons critiqué ici même. Autant vous dire que le scénario ne manque pas d’imagination.

image

Et le level design non plus d’ailleurs. Armé d’un pistolet plutôt Kawaii, vous devrez abattre ces ours robots d’une façon bien spéciale. Votre flingue est en quelque sorte une télécommande qui permet de contrôler le robot à distance. Ainsi vous pourrez ordonner au robot de  » casser  » ou de  » danser « . Si il danse, il pourra faire diversion et occuper les ennemis alentours. Les multiples possibilités d’attaques et de défenses qui se présentent à vous seraient trop longues à expliquer, mais sachez quelles sont variés et ce jeu de tir, se transforme presque parfois en Puzzle Game. Un bon point !

image

Pour ce qui est du level design, le titre passe du TPS, au Beat’em All en passant par des phases en vue aérienne à la Bomberman appelés  » Monoku-Man  ».
Another Episode est plutôt riche, complètement WTF et nous transporte dans une ambiance que l’on à rarement l’habitude de voir. On reprochera tout de même une rigidité dans les mouvements du personnage et une lenteur un peu extrême tout au long de l’aventure.

En conclusion, bien que quelques défauts subsistes, UDG DAE est un bon titre qui apporte une petite touche  » cerisiers en fleurs  » sur nos PsVita françaises.

Note : 15 / 20

Article posté par un humain poilu

[ News…Bref ] Mise à jour du PlayStation Store du 6 août 2014

PS4-1

Salut bandes de pingouins  ! Vous retrouverez notamment cette semaine : le DLC Standalone Intercept pour KillZone Shadow Fall, The Swapper, Metrico, un DLC pour The Last of Us et bien d’autres contenus pour vos jeux préférés 😀

Nouveau Contenu PlayStation Network

Le contenu de cette liste est susceptible d’évoluer.

PlayStation Plus

Collection de Jeux Instantanée :

Road Not Taken (PS4)
FEZ (Cross-Buy PS4/PS3/PS Vita)
Crysis 3 (PS3)
Proteus (Cross-Buy PS3/PS Vita)
Metrico (PS Vita)
LEGO Harry Potter Years 5-7 (PS Vita)

Promotions PS Plus

Table Top Racing (PS Vita) – 20 % de réduction, valide jusqu’au 13 août 2014
The Swapper (Cross-Buy PS4/PS3/PS Vita) – 10 % de réduction, valide jusqu’au 20 août 2014

PlayStation 4

KZSF_branded_Intercept_1024_TM_2_THUMBIMG
KILLZONE SHADOW FALL INTERCEPT Standalone Edition
Prix : 19,99 €

EP4500-CUSA00813_00-ROADNOTTAKEN0100_en_THUMBIMG
Road Not Taken
Prix : 14,99 €

EP4395-NPEJ00331_00-B000000000001122_en_THUMBIMG
The Swapper (Cross-Buy PS4/PS3/PS Vita)
Prix : 14,99 €

PlayStation 3

EP4173-NPEJ00388_00-B000000000001312_en_THUMBIMG
Epic Adventures Bundle
Prix : 34,99 €

EP4395-NPEJ00331_00-B000000000001122_en_THUMBIMG
The Swapper (Cross-Buy PS4/PS3/PS Vita)
Prix : 14,99 €

EP0102-NPEB01439_00-USFIV00DIGITAL00_en_THUMBIMG
Ultra Street Fighter IV (disponible le 8 août)
Prix : 29,99 €

PlayStation Vita

EP2116-PCSB00616_00-METRICO8VITA8EU8_en_THUMBIMG
Metrico
Prix : 12,99 €

EP4395-NPEJ00331_00-B000000000001122_en_THUMBIMG
The Swapper (Cross-Buy PS4/PS3/PS Vita)
Prix : 14,99 €

EP4337-PCSB00416_00-TABLETOPRACING01_en_THUMBIMG
Table Top Racing
Prix : 5,99 €

PlayStation Mobile

On Call (2,99 €)
Flappig 3D (2,49 €)
La charte : Protect the whale (0,49 €)
Picbox (Gratuit)
Behind You (3,49 €)

PS4 DLC

DC Universe Online

  • Halls of Power Part I (11) (9,99 €)

The Last of Us

  • Gestures Bundle (2,49 €) (Cross-Buy PS4/PS3)
  • Grit and Gear Bundle (6,99 €) (Cross-Buy PS4/PS3)

PS3 DLC

DC Universe Online

  • Halls of Power Part I (11) (9,99 €)

Everybody’s Golf (Cross-Buy PS3/PS Vita)

  • Kuro Character and Costume Set (0,99 €)
  • Toro Character and Costume Set (0,99 €)
  • Toro Character (0,75 €)
  • Toro Costume (0,49 €)
  • Kuro Character (0,75 €)
  • Kuro Costume (0,49 €)
  • Beginner’s Club Level 6 (0,75 €)
  • Big Air Club Level 6 (0,75 €)
  • Pinhole Club Level 6 (0,75 €)
  • Turbo Spin Club Level 6 (0,75 €)
  • Infinity Club Level 6 (0,75 €)
  • Sand Viper Club Level 6 (0,75 €)
  • Grass Cutter Club Level 6 (0,75 €)
  • Big Magnum Club Level 6 (0,75 €)
  • Beginner’s Ball Level 6 (0,49 €)
  • Big Air Ball Level 6 (0,49 €)
  • Turbo Spin Ball Level 6 (0,49 €)
  • Infinity Ball Level 6 (0,49 €)
  • Straight Ball Level 6 (0,49 €)
  • Pinhole Ball Level 6 (0,49 €)

GRID Autosport

  • Coupe Style Pack (2,99 €)
  • Black Edition Pack (4,99 €)

The Last of Us

  • Gestures Bundle (2,49 €) (Cross-Buy PS4/PS3)
  • Grit and Gear Bundle (6,99 €) (Cross-Buy PS4/PS3)
  • Grounded Bundle (DLC 3) (9,99 €)

LittleBigPlanet 2/LittleBigPlanet Karting (Cross-Buy PS3/PS Vita)

  • Frozen Costume Pack (5,49 €)
  • Disney’s Frozen – Anna Costume (1,99 €)
  • Disney’s Frozen – Elsa Costume (1,99 €)
  • Disney’s Frozen – Kristoff Costume (1,99 €)
  • Disney’s Frozen – Sven Costume (1,99 €)

One Piece Unlimited World Red (Cross-Buy PS3/PS Vita)

  • Zoro Casual Pack (2,99 €)
  • Dark Justice pack (2,99 €)

Rocksmith 2014

  • Rocksmith 2014 – Biffy Clyro Song Pack (11,99 €)
  • Black Chandelier – Biffy Clyro (2,99 €)
  • Rocksmith 2014 – Bubbles – Biffy Clyro (2,99 €)
  • Rocksmith 2014 – Many of Horror – Biffy Clyro (2,99 €)
  • Rocksmith 2014 – Mountains – Biffy Clyro (2,99 €)
  • Rocksmith 2014 – Stingin’ Belle – Biffy Clyro (2,99 €)

PS Vita DLC

Everybody’s Golf (Cross-Buy PS3/PS Vita)

  • Kuro Character and Costume Set (0,99 €)
  • Toro Character and Costume Set (0,99 €)
  • Toro Character (0,75 €)
  • Toro Costume (0,49 €)
  • Kuro Character (0,75 €)
  • Kuro Costume (0,49 €)
  • Beginner’s Club Level 6 (0,75 €)
  • Big Air Club Level 6 (0,75 €)
  • Pinhole Club Level 6 (0,75 €)
  • Turbo Spin Club Level 6 (0,75 €)
  • Infinity Club Level 6 (0,75 €)
  • Sand Viper Club Level 6 (0,75 €)
  • Grass Cutter Club Level 6 (0,75 €)
  • Big Magnum Club Level 6 (0,75 €)
  • Beginner’s Ball Level 6 (0,49 €)
  • Big Air Ball Level 6 (0,49 €)
  • Turbo Spin Ball Level 6 (0,49 €)
  • Infinity Ball Level 6 (0,49 €)
  • Straight Ball Level 6 (0,49 €)
  • Pinhole Ball Level 6 (0,49 €)

LittleBigPlanet PS Vita (Cross-Buy PS3/PS Vita)

  • Frozen Costume Pack (5,49 €)
  • Disney’s Frozen – Anna Costume (1,99 €)
  • Disney’s Frozen – Elsa Costume (1,99 €)
  • Disney’s Frozen – Kristoff Costume (1,99 €)
  • Disney’s Frozen – Sven Costume (1,99 €)

One Piece Unlimited World Red (Cross-Buy PS3/PS Vita)

  • Zoro Casual Pack (2,99 €)
  • Dark Justice pack (2,99 €)

Table Top Racing

  • Table Top Racing: 125,000 Coins! (1,19 €)
  • Table Top Racing: 250,000 Coins! (1,75 €)
  • Table Top Racing: 500,000 Coins! (2,99 €)
  • Table Top Racing: 1,000,000 Coins! (3,49 €)

PODCAST : Lego la Grande Aventure, dommage !

La série Lego sur console est vraiment géniale, mais il est certain que de sortir un nouveau titre tous les trois mois, fatigue les développeurs ! Ce dernier épisode sorti sur toutes les consoles, n’est certainement pas à la hauteur des autres. En même temps, adapter un jeu en film n’a jamais marché non plus, ( à force ils devraient le savoir 😦 ). Bien que le film sorti en salle est fait une grosse tuerie, le jeu lui, ne restera pas dans les annales et encore moins si on le possède sur Vita. Tans pis. Ecoutez quand même ma critique, ma belle voix vous redonnera surement le sourire 😀

Et vous, vous y avez joué ? Qu’en avez-vous pensez ? 😉

[ Test ] Toukiden : The Age of Demons / PSVita

Toukiden1

Vous aimez Monster Hunter ? Eh bien vous allez adorer Toukiden : The age of demons 😀 Un très bon RPG signé OMEGA Force (qui ont produit notamment la série des Dynasty Warrior) Prenez le contrôle d’un Slayer et défendez la race humaine des Oni. YARU !*

Scenario :

Les Oans le petit village d’Utakata. Vous faite parti de ce bastion et votre but sera de défendre le village de ces terribles Oni. Pour cela, une multitude de missions qui ont pour avantage de ne pas être si répétitives que ça vous seront proposés. Le but principale de ces dernières est d’éliminer des groupes de monstres , plus ou moins imposants, et de récupérer des objets en fouillant leurs dépouilles . Les quêtes s’apparentes plutôt à de petites missions qui vous permettront d’encaisser des crédits (appelé : haiku ) ou des objets. Des missions et des quêtes annexes, Toukiden respecte parfaitement la règle des RPG .

toukiden-playstation-vita-1360574864-007

Réalisation :

Graphiquement, Toukiden est plutôt correct pour un jeu Vita. Des arènes fermées bien dessinées ainsi que des personnages pas trop mal modélisés malgré quelques polygones visibles et un bon point pour les magnifiques petites cinématiques. The Ages of Demons en a dans le caleçon 😀

Sélectionnez une mission  auprès de Yu, un PNJ (plutôt mignonne 😉 ) , allez sur le terrain afin de compléter l’objectif donné dans un temps imparti et récupérez votre butin, voilà sur quoi repose la majeure partie du jeu. Les missions peuvent sembler répétitives mais elle n’en reste pas moins dynamiques. Vous avez un peu de mal avec les contrôles ? Allez voir Yamato, il vous proposera un didacticiel complet, détaillé et diffèrent pour chaque arme. Que demander de plus ?  =D ( si ce n’est quelques sushis ^^ )

toukiden-046

Jouabilitée :

Selon l’arme que vous choisirez au départ, un gameplay différent s’offrira à vous.  Une épée courte et les « gants » pour les attaques au corps-à-corps. Une épée longue et la chaîne pour des combats à moyennes distances. Et, pour les pour les moins courageux ( tmtc quand y a des gros monstres :p ), un arc pour des combats à longue distance. Chaque arme a son attaque spéciale (et de base évidement), sa puissance et sa vitesse d’attaque. Tout le monde peut y trouver son bonheur 😀 A noter malgré tout, une caméra qui en fais un peu qu’à sa tête mais ceci étant ce n’est pas trop gênant.

Durée de vie :

Comme tout bon RPG, Il est très long. Une 30 aine d’heures de jeu pour le terminer en ligne droite et plus de 40 heures pour les perfectionnistes ! Mieux ne vaut pas être pressé ! 😉

toukiden-playstation-vita-1360574864-003

Bande son :

Il n’y a rien d’extraordinaire au niveau de la bande son. Selon où vous êtes, la mélodie est différente Mais en général se sera une musique traditionnel nippone qui vous suivra tout le long de Toukiden.

Les voix des PNJ sont en VO (japonais) ce qui nous immerge totalement dans le monde de Toukiden. Heureusement, les dialogues sont traduits en anglais. Donc si l’anglais n’était/n’est pas votre tasse de thé, vous aurez peut-être un peu de mal. Surtout que dans un RPG il est souvent embêtant de ne rien comprendre, puisque qui dit RPG dit, dialogue fournis, importance des discussions….ect. Donc, dans le cul la balayette 😦

*Yaru : C’est parti

Note : 16/20

[ Test ] Rachet and Clank : QForce / PS3

news_live_1_4019

Pour l’anniversaire des 10 ans de la série le studio qui ne dort pas 😀 ( Insomniac ) décide de fêter dignement ses merveilleuses années passés aux cotés de l’indétrônable Rachet et son compère Clanck en nous servant pour la première fois un épisode novateur qui devrait quelques peu émoustiller les fans de la série ! Verdict dans ces lignes.

Scénario :

C’est comme  pour Mario ( c’est pour provoquer l’éditeur ^^ ) peu importe la trame scénaristique, ce qui compte c’est la détonante action que tout bon jeu de ce type devrait se doter. Cependant le studio a tout de même voulu placer sa petite histoire qui n’est la que pour prétexter à la castagne :mrgreen: . L’ Ex-President Qwark n’a plus rien à faire dans ses contrées et s’ennui terriblement…  il pleure, il pleure, à en créer des rivières et des fleuves… heureusement pour lui, nos deux compères Rachet et Clank lui trouve tout de suite de quoi s’occuper : la QForce est envahit pas de curieux extra-terrestres, il faut la sauver ! ( Ce qui ravi considérablement Qwark ).

ratchet-clank-qforce-playstation-3-ps3-1342639559-002

Réalisation :

Graphiquement le titre est plutôt joli, remarquons l’excellent level desing des différents sites où le joueur peut vagabonder à sa guise bien que ceux-ci sous certains aspects rappellent quelques peu les niveaux précédents… Saluons par ailleurs, l’animation des personnages et des ennemis qui est toute fois bien appréciable. Le studio Insomniac a été jusqu’ à modéliser un par un, les poils d’oreilles de Rachet. 😉 Coté réalisation pure maintenant, Rachet and Clanck QForce est très certainement un épisode en marge de ce à quoi le joueur a pu s’habituer ces dernières années, cet épisode mélange subtilement de l’action tel qu’on là connu dans Rachet and Clanck, saupoudré d’une pointe de Tower Défense, lui aussi habillement placé dans les niveaux. Le but principal d’une mission est de sauver coûte que coûte la base de la QForce pour que celle-ci ne soit pas envahit par les ennemis. Détruire le générateur pour accéder à telle partie, détruire le champ de force qui empêche le passage à cette zone, puis détruire le deuxième générateur qui lui ouvrira le levier qui pourra  lui même relancer la défense automatique de la QForce. Voici comment s’articule chacune des missions 🙂 sans compter les perpétuels aller-retour entre votre offensive et votre défensive pour protéger votre base des perpétuelles attaques ennemis. Autant vous dire, que jouer seul est très tendu, il est pratiquement impossible d’être sur tous les fronts. C’est donc tout naturellement en coop. que le titre prend tout son sens. Une personne part à l’attaque de la base ennemis, l’autre reste à domicile pour défendre son pain ! L’aventure sera dés lors nettement plus sympathique !

Jouabilitée :

Qwark aussi bien que Rachet ou Clank peuvent être joués, seulement il aurait été judicieux d’adopter une jouabilitée propre à chaque personnage, mais il n’est pas la l’idée d’ Insominiac car Qwark aussi bien que Clank ont les mêmes attaques, la même façon de se diriger, la même façon de voler, alors que les deux ont pourtant une différence de taille et de poids non négligeable ! Les armes elles sont variés et très marrantes à maniés, on prend un malin plaisir a balancer des rots, des prouts, ou des boules de feu sur ses ennemis !

1342723922_99631420120719_114631_3_big

Durée de vie :

C’est un terrain sur lequel il ne faut pas s’aventurer… En effet le titre est assurément très court, 3 terrains de jeu en multi’ et en solo sont disponibles, on a vite fait le tour, cependant le replay value, lui est appréciable, car le titre propose en plus du but premier qui est de sauver la QForce des affreux bonhommes verts, des défis qui vous donneront du fil à retordre. En somme, comptez 3-4 h en ligne droite et 3 h de + en approfondissant un peu. Jouer en solo équivaut à des parties qui peuvent parfois avoisiner les 1 h !

Bande son :

Entre sirènes, fusées,  attaque ennemis… c’est un vrai capharnaüm 😆 . On ne peux à proprement parler de bande son mais plutôt de musique d’ambiance qui sévit dans chacune des planètes que le joueur visite.  Celle-ci colle à l’univers drolesque et cartoon du jeu, mais ne laissera en rien un souvenir impérissable dans la tête des joueurs. Quand aux bruitages, ceux-ci sont réalistes. Les voix elles, sont bien doublés et colles aux personnages, les doublures de Rachet et de Qwark sont vraiment sympas ! 😀

Bien qu’on ne puisse l’accepter comme digne héritier de la série Rachet and Clank, il est néanmoins concevable de prendre Rachet and Clank : QForce comme un épisode à part, cruellement orienté Tower Defense et plutôt réussi bien que trop court. En revanche nous ne pouvons en aucun cas le mettre de coté car pour 20 € on est bien loin d’un attrape couillon ! Alors oui, ce n’est pas l’épisode que l’on attendait mais peu importe, on prend tout de même un certain plaisir à dézinguer de l’extraterrestre à tout vas et ça c’est bon !

Note : 14/20

[ Test ] Little Big Planet / Ps Vita

Comme l’imaginaire ne connait pas de limite et que notre esprit nous donne la possibilité chaque jour et à chaque instant de la vie de créer et d’innover, Double Eleven nous donne pour la première fois l’occasion d’exprimer notre sens artistique du bout des doigts dans Litte Big Planet sur Vita ! Pour ce quatrième opus Sackboy débarque une fois de plus dans ta poche et cette fois-ci pour t’offrir une expérience de jeu encore plus innovante que les précédentes, à piloter du bouts des pieds 😀

Scénario :

Carnivalia, était, voici bien longtemps, un pays de joie riche en fêtes où il faisait bon vivre. Seulement, après un spectacle n’ayant pas fait l’unanimité, le marionnettiste, grand chef de Carnivalia prit la fuite et personne ne le revit jamais. Après de très longs mois d’absence, ce dernier refait surface, mais il n’est plus le même… Le marionnettiste va ainsi transformer chaque être jovial de Carnivalia en   » toutvides  » , qui comme le nom l’indique, sont des êtres sans cervelle qui détruisent et ravagent le monde. Rien d’innovant, le scénario reste dans la veine des autres épisodes mais reste néanmoins charmant et convient amplement à l’univers Little Big Planet. Le fait d’aider les différents personnages renforce la proximité avec le scénario et pousse le joueur à se donner corps et âme afin d’aider les êtres peuplants Carnivalia.

Réalisation : 

L’univers carnavalesque est un excellent choix de par la possibilité de créer un espace haut en couleur. Double Eleven nous sert un opus fort d’une réalisation de haut vol. Saluons tout d’abord le Level-Design et le travail exercé sur les différents niveaux du mode Histoire. Aucun de ses grands frères n’ont été à ce jour aussi aboutis. Little Big Planet atteint un niveau des plus appréciable, jeux de lumières, travail des textures… nous sommes face à un épisode détrônants bien des jeux de plateformes 😉 , tout en gardant les aspects propres à la licence. Les cinématiques, elles aussi bénéficient d’une mise en scène  digne des plus grandes licences Hollywoodiennes ( bon ! j’en fais trop, mais on en est proche quand même… ) 😀 On retrouve très nettement les codes qui ont fait le succès de la série et bien que de grosses innovations aient vues le jour, vous retrouverez votre POD, vos 3 planètes, votre système de points… Rassurez-vous, vous ne serez pas dépaysés.

Jouabilité :

Comprenez que vos extrémités jouerons une importance colossale tout au long de votre épopée. 😆 Le système Playstation Vita est entièrement utilisé, non pas d’une façon futile ni  » vitrine  » mais bien de façon habille sans être redondant. On notera par contre, la non-commodité des fonctions tactiles à certains moments ,et surtout, depuis le pavé tactile arrière durant les phases de plateformes. Le tactile n’est pas indispensable mais apporte une touche de fraîcheur par rapport à la jouabilité initiale aux boutons ( de toute façons on aurait rouspété si y’avait pas eu de tactile :p ) et il est assez sympathique de pouvoir interagir directement dans le décor surtout dans le mode créatif. Le tactile intervient énormément dans les divers niveaux annexes ( mini jeux ) mais ces derniers requièrent pratiquement tous l’intervention d’un deuxième joueur. Alors certes, le titre se veut communautaire, mais pour les solistes, vous vous contenterez de l’aventure principale et oublierez les mini-jeux…

Durée de vie :

Touchons dés à présent un point sensible et très irritant. On aura connu des titres plus longs, mais là, seules 5 petites heures vous suffiront en ligne droite à boucler le jeu. Double Eleven se reposerait il sur les niveaux de la communauté ?! ( Non , quand même pas 😮 ) Il y a lieu de se poser la question. Comptez quelques petites heures supplémentaires si vous voulez récupérez toutes les bulles de récompense, scorer et faire les quelques mini-jeux. L’investissement est finalement rentable de par vos niveaux et ceux de la communauté. On reste tout de même sur notre faim, quand, après 5 mondes la fin pointe le bout de son nez… Pour rattraper le tir, une fois le mode Histoire terminé, un monde arcade se débloque, une fois de plus pour rajouter quelques heures, mais d’un point de vue objectif les jeux arcades n’ayant aucun rapport avec l’univers LBP, ils ne sont que de peu d’intérêt… 😦

Bande son :

Rien à redire, la bande son est un point fort ! Les doublages promus à cet opus portable sont de très bonne augure, les voix collent assez bien à la personnalité de chaque personnage, tout comme les pistes son, en totale adéquation avec l’univers dans lequel vous évoluerez. Dans un trip’ mélangeant musique de carnaval et électro’, Little Big Planet détonne dans tes oreilles, et ça c’est cool !

Bien qu’il soit très bon sur tous les points, il est dommage que sa durée de vie soit en dessous de sa qualité globale. Hormis ce point, Double Eleven pour son premier LBP a fait un très bon travail et l’attente pour cet opus est au niveau de nos espérances. On espère bien évidemment un nouvel épisode très prochainement ! 😉 Double Eleven volera t-il la vedette a Media Molecule ?!

Note : 16/20

[ Arrivages ] Starter Kit, Accessoires Sony Pour Vita

Depuis que je vous ai présenté ma Vita il me tardait  lourdement de recevoir mes accessoires afin de ne pas trop esquinter la belle lors de mes parties endiablées  . Ce matin, en ouvrant ma boîte aux lettres je fus surpris de découvrir le pack d’accessoires que j’avais commandé il y a maintenant plus de 3 semaines ! Rupture de stock des éditeurs, ou mauvais approvisionnements des grossistes … Bref. Le pack d’accessoires officiel Sony plutôt prisé a pris beaucoup de retard et depuis ma pré-commande j’en avais presque oublié l’existence.

Comme à son habitude, chaque constructeur sort sa gamme d’accessoires officiels  pour prêter opposition et faire force au géant de l’industrie de l’accessoire et principalement BigBen pour qui l’affrontement est féroce et qui a su au fil des années s’imposer sur le marché. D’un côté, de l’officiel à toute épreuve d’une incroyable qualité mais d’un prix lui aussi incroyable, 😐 et de l’autre, des accessoires classés grand public beaucoup plus abordables. Malgré son prix élevé je me suis orienté vers de l’officiel afin de protéger ma Vita comme elle le mérite 😉

Pour sa sortie, Sony propose ainsi deux packs, l’un nommé ” Starter Pack ” ( ci dessus ) et l’autre ” Travel Pack ” pour les randonneurs aguerris. A quelques différences près les deux packs se valent, les seules différences interviennent là où l’allume cigare et la housse sont absents dans l’un et présents dans l’autre. Pour ma part, j’ai opté pour le ” Travel Pack ” qui répondait ni plus ni moins à mes besoins journaliers.

A l’intérieur on retrouve exactement 6 éléments nécessaires à la bonne conservation de la Vita : Dragonne, chiffon, film de protection, boite de rangement de jeux, chaussette et étui. Tous sont d’une incroyable qualité, finitions parfaites, textures agréables … on sent vraiment la patte officielle de la firme.

Rien que pour l’étui le prix est justifiable. Au départ je pensais trouver un simple étui et avais même regretté de ne pas avoir pris une coque de protection supplémentaire, finalement l’accessoire se révèle polyvalent, trois positions lui sont associables, et peut fonctionner dans tout les cas de figure, devant un film, en jouant ou pour une protection intégrale lors de son rangement … La Vita est maintenue par deux clips disposés à chaque extrémité qui lui assure une stabilité sans faille. Ainsi on peut jouer à son aise sans salir l’arrière de la console. Au cas ou vous auriez besoin d’utiliser le pavé arrière, vous pouvez déchausser la PsVita d’une languette sur laquelle elle repose et garder cette dernière en main. Mais son principal attrait résulte du fait qu’il est possible de regarder directement des films en adoptant la position inclinée, très pratique au resto en mangeant si vous n’avez pas d’ami ou à la maison. 😀

Après test, je suis finalement très content de mon achat, ma PsVita est désormais parée à d’éventuels coups ou défenestrations :mrgreen: De l’officiel, et pour une fois je suis agréablement surpris : qualité au rendez-vous ! Ainsi j’ai préféré mettre le prix une bonne fois pour toutes et offrir longue vie à ma console. 😉

[ Test ] MotorStorm RC

Vous connaissez la série Motorstorm, ses Trucks impressionnants ,ses circuits aphrodisiaques, glaçants ou apocalyptiques.  Pour le lancement de la PsVita les ptis gars d’ Evolution Studios ont permutés leurs crocs contre des ballerines et ont tenté le tout pour le tout. Modifiant intégralement la licence, ramenant la série à un minimalisme des plus impressionnant. Etes -vous prêts à troquer les montures dantesques contre des 4L télécommandées aux bruitages de trompette encrassée ?  C’est le pari fou que ce sont lancés les développeurs au risque de bouleverser à jamais les codes de la série Enjoy ! :mrgreen:

Scénario :

Une absence de scénario qui n’est finalement pas indispensable sur un jeu de ce type, ou le principal atout se concentre sur le gameplay et la réalisation . Le scénario selon toutchi’ : Sous son air de titre bon enfant Motorstorm veut laisser croire, que derrière tout ce remue-ménage, se cache de toute évidence une bande de gamins drogués à l’opium voulant organiser des courses de voitures télécommandées sur des circuits fabriqués au fer à souder dans le garage familial. 🙄

Réalisation :

Motorstorm est littéralement, un épisode de poche. Même si on peut en douter, les changements drastiques effectués sur la licence ne font perdre ni de l’intérêt du jeu ni de sa nervosité et le titre demeure de loin aussi jouissif et peut-être même plus addictif que ses prédécesseurs. Malheureusement, dans son ensemble le soft n’est pas si irréprochable et d’un point de vue graphique ce dernier est en deçà de ce qu’est capable d’afficher la console. Background aux textures fades, cliping … Motorstorm RC semble avoir été un simple portage  de l’épisode PS3 en tous points similaire. Néanmoins un désavantage qui devient un atout si l’on considère la compatibilité du titre de la Vita à la PS3.

Jouabilité :

Ce n’est pas sur Motorstorm que vous allez vous arracher les cheveux à constituer des combinaisons de touches. Loin de là, Motostorm joue la carte d’un gameplay accessible a tous, sans même tomber dans le simplisme le plus total. Car bien que deux joysticks contrôlent  intégralement vos mini-bolides, la négociation des virages et autres dépassements sur file de gauche nécessiteront un doigté bien particulier.  Quatre types de véhicule vous seront proposés, de la Super Mini au Monster Truck en passant par la Super Sprint ( et j’en ai encore d’autres en stock ) chacune d’elle nécessitera un temps d’adaptation en fonction de leurs facultés. Adhérence, Vitesse, Stabilité, tout ces critères sont pris en compte et un changement radical d’un bolide à l’autre peut vous placer en queue de peloton. Shooté à coup de MicroMachines, le titre procure à peu de chose près les mêmes sensations mais dans un univers nettement plus mature. Vous trouvez ça simple ? Comptez sur les pièges et autres fourberies pour transformer votre course en enfer 😈

Durée de vie :

Pour un pti’ du PSN moyennant 6 € le titre en a sous le capot ( hu! hu! ) et avec la durée de vie qu’il propose vous avez de quoi faire. Le titre propose un système de progression simple mais aussi très prenant. Faisons clair, 4 mondes comprenant 12 niveaux vous sont proposés, et chacun de ces niveaux est dispatché en un type de course spécifique ( Contre la montre, classique … ) chacune de ces courses vous permet de gagner selon des critères spécifiques à chaque type de course un quota maximum de 3 médailles. Ces dernières vous donnent la possibilité de débloquer du contenu supplémentaire des niveaux, des terrains de jeux et même des voitures. De plus, si vous êtes un vrai gameur vous pourrez toujours vous faire un plaisir de collecter un maximum de voitures ,de terrains et de retenter de constituer votre propre course personnalisée avec l’outil prévu à cet effet. Et puis pourquoi pas, rêver du titre du meilleur joueur mondial avec un classement en ligne sur chaque course qui vous donnera du fil à retordre pour battre les records de nos amis Nippons. Une replay value enorme.

Bande son :

Contrairement à certains jeux de course qui vous gélifient les méninges, Motrostrom RC propose une playlist de morceaux qui mettent dans l’ambiance et procure un total décalage avec la dimension du titre allant du Groovy au Rock and roll. Néanmoins la bande son s’associe magnifiquement à l’ambiance et procure une certaine montée d’adrénaline.

Fabuleusement inspiré de MicroMachines, Motorstorm est en total décalage avec son temps. Là ou certains misent sur la surenchère technologique, d’autres préfèrent jouer la carte de la différence et tenter le tout pour le tout. Avec l’envergure atteinte, Motorstorm est aujourd’hui l’un des jeux les plus prisés du Playstation Store. C’est en effet un pari gagné pour l’équipe américaine Evolutions Studios, qui avec le succès de son jeu pourrait bien retenter l’expérience une nouvelle fois et nous pourrions bien dans l’avenir retrouver Motorstrom au summum du macroscopique. Motorstorm en voitures télécommandées …ça a quand même de la gueule !  😉

[ Impressions ] PsVita, une esthétique à toutes épreuves !

Resto, boulot, dodo et un peu métro, la PSVITA me suit dans tous mes déplacements et ne cesse de m’émerveiller, tant d’un point  esthétique que pour ses capacités, la belle a tout pour plaire, Sony tape donc très fort. Quand d’autres sont à la ramasse technologique, Sony lui est à la page et peut même devancer celle-ci. La PSVITA est à ce jour ni plus ni moins , la console la plus aboutie du marché. Un souci d’ergonomie constant et une multitude de possibilités, manque’ plus qu’elle fasse grille pain et la maîtrise technologique sera alors à son apogée :mrgreen:

Après de nombreuses heures de jeux et une petite semaine d’utilisation, la Vita dépasse de loin toutes mes espérances et je ne regrette en rien mon achat.

D’un simple coup d’oeil, et comme certaines langues pourraient le démentir, la PsVita se différencie considérablement de ses grandes soeurs. Un noir laqué du plus bel effet, un souci d’ergonomie constant et un rendu graphique mature, la Vita est loin de faire jouet puéril pour geek boutonneux, on est assez loin des précédentes portables de la firme mais proche de ce qu’a pû nous habituer Sony. 😉

A première vue, cette derniére pourrait paraître complexe, une multitudes de commandes, des trappes cartouche dans tous les sens… on se rend vite compte que Sony a entendu et reconnu les critiques de ses joueurs et réuni en une même console les désirs de ces derniers.

Comme j’ai principalement l’habitude de tout faire à l’envers, commençons par l’arriére de la console, là où les boutons sont plutôt absent 🙂 Longuement présentée et estampillée de milles étonnements, vous n’etes pas sans savoir que la Vita dispose d’une de ses plus grosse nouveauté, un pavé tactile arriére similaire à un pavé de souris. Aprés quelques minutes de pratique on comprend mieux l’intérêt de ce pavé, même s’il est assez dur de se repérer et placer ses doigts correctement par apport à l’écran, le gameplay est alors beaucoup plus intuitif. Tapoter, glisser, appuyer, les promesses sur ce que misait la firme sont tenues . Même si pour le moment il n’est plus obsoléte qu’autre chose, le pavé sert dans quelques titres comme Uncharted Golden Abbys ou d’autres. Espérons qu’a l’avenir ce gadget, ne soit pas qu’une futilité ni un accessoire ingénieux inexploité comme l’aurait fait Microsoft et son Kinect ou Sony avec son Move.

Ces améliorations comme le grip arrière antidérapant, qui, au passage offre une bonne prise en main, rendent de plus en plus fragiles les coques et autres accessoires de protection quant aux nombreuses ouvertures et à la complexité de la console. 😦

Sur la tranche, on retrouve les ports d’insertions, cartouche, carte mémoire, carte sim et port d’alimentation, on peut dire que la Vita en troue plus d’un ( hu ! hum.. 😀 )

Je suis aux anges depuis que Sony avait annoncé le boycotte des UMD et la venu des cartouches. En aparté c’est assez incroyable ce qu’il ont réussi à faire. Des graphismes digne de la PS3 sur une cartouche pas plus grande qu’un grain de raisin, je dis chapeau bas. 😀 La tranche grise n’est pas sans rapeller celle de la PSP. Les boutons volume et power sont nettement mieux placés. Un simple clic pour mettre en veille et un clic prolongé pour éteindre, petit clein d’oeil à Apple  ? Pas si sur. Dans la foulée on ne regrettera pas la disparition les quelques boutons inutiles de la dernière version de la PSP ( la 3000) et les leds dispatchés un peu partout. Désormais tout se passe sur l’écran pour un souci de confort visuel.

Un faciès élégant qui avantage nettement la belle, des nouveautés comme les deux joystick ou même l’écran tactile… j’en pense quoi ? Vous le découvrirez prochainement 🙂